Les concurrents

Claude Moren

Sion, Suisse

Age : 53 ans

1-  Comme le dit si bien Léonard de Vinci :
"Une fois que vous aurez essayer de voler, vous marcherez sur terre les yeux tournés vers le ciel, car là, vous êtes allés, et là, il vous tarde de retourner"

2- Juste pouvoir concilier mes 2 passions :
- La montagne
- Le parapente

Vivre une expérience inoubliable , sans record ni performance, tout en partageant quelques bons moments d’amitiés.


Frank Thibault

Couilly Pont Aux Dames, France

J'ai déjà participé a la première édition, pour moi les 3000 m de dénivelé du premier jour m'ont permis d'apprécier la difficulté de la course sur laquelle je m'étais inscrit. Pas assez entrainé c'est sure, de plus je vis à 110 m. Et la j'ai découvert le soutien et l'entraide, je précise que j'ai un handicap aux mains qui peut me gêner parfois sur certains passages. Belle épreuve, je reviens cette année et espère découvrir les cabanes que je ne connais pas.
Je fais du parapente depuis vingt ans, c'est un virus qui me tient depuis le début. J'ai commencé par beaucoup de théorie, déjà le premier stage à Val-D'isère m'a montré que la météo n'était pas toujours de la partie. La découverte de l'élément invisible dans lequel on vit m'intéresse tout autant que la pratique elle-même. Je pense que l'élément " AIR " est celui qui me correspond.
Guillaume Bellet

Guillaume Bellet

Saint Hilaire du Touvet - France

Pourquoi le parapente : Sincèrement je ne sais pas ou plus exactement je m'en rappel plus. Il me reste juste ce vague souvenir ; mon père volant en parapente, il me propose de me payer un stage d'initiation, j'avais 13 ans. Depuis, c'est ma vie, tout tourne autour de cette passion !

Pourquoi la Vercofly : Tout d'abord pour gagner ... non plus sérieusement, cet événement rassemble l'ensemble des valeurs qui m'attirent, la montagne, le vol, la marche, la découverte, l'effort et la convivialité.

Jérémy Pannatier

Bramois, Suisse

Je fais la VercoFLY pour voler, passer des moments inoubliables et voir de magnifiques paysages.

C'est aussi un petit défi personnel. Je pense que c'est 4 jours ne vont pas être facile car il faudra faire avec la météo, la forme et  tout le reste.

Alors bonne chance a tous

José Boegli

Isérables, Suisse

José Boegli 28 ans et addict au parapente depuis 2002 lors d'un vol biplace avec le grand Antoine Lambert. Il m'a fait le plaisir de poser à la cabane des Becs de Bosson, magnifique moment.

Quelques mois plus tard, je commençais mon brevet. Ensuite j'ai craqué pour un peu d'accro et avec l'âge, les vols randos m'attirent également. C'est une vraie passion maintenant, j'aime le fait d'être mis au défi, d'être dépendant de la météo, de me sentir libre dès que je quitte le sol et surtout de passer de bons moments avec une bande de potes dans des paysages presques authentiques !

La Vercofly ? un nouveau et splendide défi afin d'affronter son maître 8 ans plus tard !!! ;o)

laurent borella

Laurent Borella

Vercorin, Suisse

Organisateur de la Vercofly avec mes 2 collègues de l'école Twist'Air, j'ai suivi l'édition 2009 en biplace avec une journaliste de Canal 9.
Pour l'édition 2010, je souhaite profiter à fond de ces 4 jours de balade tout en suivant la course de l'intérieur. 

 Laurent Gaugler

Laurent Gaugler

Troistorrents, Suisse


Alors le gars, habite depuis 42 ans dans le Chablais VD ou VS et c'était toujours dit qu'il ferait du parapente ou du delta depuis qu' un certain Etienne Rithner l'avait pris en biplace dans les années 90.
 
Mais bon, dans la vie, tu mets un peu des priorités et certaine fois ton chemin croise celui d'autres personnes...au bon moment!
 
Alors,après avoir touché un peu à tout de -50m à +5000m, sans moteur pendant plus de 20 ans, épuisé les piles du chronos dans des PDG ou Grand Raid, un jour, j'ai croisé Patrick Perrin et Vincent Marclay,illustres pilotes du Val d'Illiez...et puis voilà,de cascade de glace  en 4000 ,le chemin était traçé pour une nouvelle dimension,un nouvelle matière à découvrir en ayant de bonnes jambes pour éviter le monde et les remontées mécaniques.
 
Marcher et voler, la Xpréalpe, pour moi, c'est tout les jours dans ma tête, et juste derrière la maison quand il n'y a pas ce foehn...

Du coup, un peu jeune pilote, j'ai laissé l'édition de l'an passé de coté et aussi pour voir un peu comment les concurrents allaient entreprendre le morceau.
Au retour de Vincent, mon choix était fait, mon jardin de vol allait se déplacer vers Vercorin pour 2010.